L’histoire du Bijou

De tous temps

De tous temps, le bijou a eu valeur de parure, d’ornement corporel.

Avant l’utilisation de l’or, et dans certaines civilisations plus récentes,  il était composé d’éléments naturels censés avoir un pouvoir sacré de protection (coquillages, plumes, os…)

À toutes les époques, les ornements et les joyaux sont là pour accroître la séduction de la femme, notamment le jour de ses noces. Cette alliance entre séduction et parure devient coutume et tradition dans toutes les sociétés, et depuis le Moyen-Âge le bijou est un gage d’amour. « Puisse l’amour être indestructible comme l’or, sans fin comme l’anneau »

Depuis l ‘Antiquité, l’on voit apparaître le travail de l’or et des pierres précieuses, et si  au Moyen-Age et à la Renaissance les bijoux sont souvent ornés de sujets religieux, ils sont le reflet d’un code social, sélectionnés en fonction du rang de celui qui les porte.

Le 18è siècle voit le triomphe de la joaillerie, et la vogue des bijoux commence à se répandre,  et ne concerne plus seulement le cercle restreint des nobles.

Depuis la révolution industrielle, à la fin du 19è siècle,  apparaissent les grands noms de la joaillerie contemporaine,  qui traversent le siècle via l’Art Nouveau, l’Art Déco, l’époque Tank. De nombreux créateurs ouvrent la voie à l’utilisation de matériaux moins nobles mais d’une grande originalité.

La voie est ouverte à la démocratisation du bijou,  à la réalisation en nombre de séries  souvent fabriquées en Asie, et à une réduction de son coût.

Le bijou est, et restera un symbole indestructible.